Mois : octobre 2022

Dr Pale Ramazani Rams,  le Chef de la délégation du Programme National de Lutte contre le Sida   à Kinshasa  est venu ce mercredi 26 octobre 2022  avec son équipe pour des civilités au Vice-Gouverneur du Nord-Kivu. C’est pour la revue externe  et celle-ci est sous le haut patronage du Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi Tshilombo, qui est le président du Conseil National Multisectoriel  de lutte contre le Sida et cela, au travers son secrétariat exécutif national du PNMLS.

«   Qui organise la revue  du plan stratégique national  2020-2023  de la riposte VIH SIDA. Cette revue a  deux grandes étapes  dont la revue documentaire pour analyser des indicateurs épidémiologique, programmatique et comportent aux  » explique-t-il en poursuivant qu’aussi,  nous avions analysé les différentes stratégies du plan stratégique national  dans sa triple dimension  public-privé et  communautaire.

Ils collectent des infos supplémentaires

Cette délégation du niveau national du PNMLS est là pour une deuxième étape.   On se souviendra que la première étape a été organisée au niveau national  et au niveau provincial. A ce sujet, une revue documentaire a été rédigée pour cela, au Nord-Kivu.  La revue externe, est la deuxième étape , consistant à  collecter des informations supplémentaires , à avoir des avis et considérations  des autorités politico-administratives , des informateurs-clés, des leaders communautaires  et d’opinions  ainsi que des bénéficiaires des services VIH sida. : «  Nous sommes là pour avoir ces informations  afin de préparer  le futur plan stratégique national qui serait élaboré d’ici, le mois de novembre  et décembre. Ce plan stratégique 2023-2026 » déclare-t-il à la presse de Goma.

Le PNMLS veut s’occuper des provinces

Cette délégation ne veut pas que les provinces ne soient  laissées pour leur propre compte  et que toutes les considérations  du niveau provincial  soient intégrées dans  ce nouveau plan stratégique national de la riposte contre  le VIH SIDA. il faut dire que cette délégation été accompagnée par le conseillère  en matière du SIDA  du Chef de l’Etat, Dr Frida  et deux autres, déployés sur les terrains de Goma pour récolter les données  supplémentaires sur le VIH SIDA au Nord-Kivu.

L’atelier a été organisé pendant 3 jours, soit du 4 au 6 octobre 2022 dans la salle GARAMBA du ministère de l’intérieur, un atelier inclusif et participatif de toutes les parties prenantes entre autres :

  • Le Gouvernement : représenté par le Ministère de la Justice et garde des sceaux, le ministère des droits humains, le PNMLS, les programmes spécialisés du ministère de la santé (PNLS, PNLT, PNSR, PNSA) ;
  • Les institutions d’appui à la démocratie : commission nationale des droits de l’homme (CNDH) ;
  • Les organisations de la société civile : représentées par les PVVIH, les réseaux des jeunes, des femmes, les populations clés (PS, HSH, PID), les cliniques juridiques, Ligue Nationale Antituberculeuse et Antilépreuse ;
  • Les partenaires techniques et financiers : représentés par les ASNU (ONUSIDA, PNUD, UNFPA, UNESCO, ONUFEMME, HCR, BCNUDH), le CCM/FM, CAGF, CORDAID, PEPFAR, CDC, DoD,
    3 temps forts ont marqué cet atelier, notamment : la cérémonie de lancement ; les différentes présentations et panels de discussion, ainsi que les travaux des groupes.
    (1) La cérémonie de lancement des assisses : l’atelier a été ouvert par SE Mme la Ministre d’Etat, Ministre de la justice et de garde des sceaux ;
    (2) Les présentations, panels de discussion et témoignages :
    • Les présentations sur les interventions HUB, le partenariat mondial, sur le plan quinquennal, sur l’analyse des besoins en assistance technique, sur l’évaluation à mi-parcours des progrès vers l’élimination des obstacles relevant du Genre et Droits Humains, et sur la synthèse des résultats obtenus lors de la revue des performances du PSN 2020-2023 ;
    • Les panels de discussion sur l’état d’avancement des interventions Genre et les Droits Humains en lien avec le VIH et la Tuberculose, sur les perspectives des partenaires techniques et financiers sur les progrès réalisés afin de réduire les obstacles relevant des droits de l’homme et du genre vis-à-vis des services VIH et Tuberculose ;
    • Témoignages : des PVVIH, transgenre et HSH.
    Il est ressorti de ces présentations et panels des défis et des défis en lien avec :
  • L’implication du Gouvernement : le leadership, l’engagement, la mobilisation des ressources internes ;
  • La coordination : multiplicité des cadres de concertation (cadre de concertation HUB, cadre de concertation Droits et VIH, partenariat mondial) qui nécessite une harmonisation des mécanismes de concertation ;
  • Le suivi et évaluation : absence d’un dispositif de collecte des données programmatiques communautaires ; la réalisation de l’enquête index stigma 2.0 et l’enquête bio comportementale IBBS pour avoir des données ;
  • Le décaissement des fonds par les bailleurs ;
  • La couverture des interventions (dans 6 villes seulement) : une couverture géographique et en termes de cibles touchées ;
  • La mise en œuvre des intervention Tuberculose ;
  • La prise en charge holistique des bénéficiaires ;
  • La mobilisation de toutes les parties prenantes, y compris la commission parlementaire des Droits de l’homme (Assemblée nationale et Sénat) ;
  • La résilience vis-à-vis de la situation sanitaire (COVID) et sécuritaire (état de siège à l’Est) ;
  • L’implication des entreprises minières ;
  • L’approvisionnement en intrants (préservatifs et tests de dépistage : Approche ciblée) pour ne citer que ceux-là.
    (3) Les travaux des groupes : 5 groupes ont travaillé sur les 9 priorités stratégiques du plan quinquennal. Les contributions de ces groupes ont été consolidées et présentées par le consultant avant leur intégration pour la production du document final. Il sied de noter que la dénomination a été modifiée en termes de « Stratégies nationales… » et sa périodicité va de 2022 à 2026.
    Sous la modération du Directeur National du PNLS, moyennant tous les enrichissements, le plan quinquennal a été adopté en plénière.
    Un groupe spécifique mis en place aujourd’hui même sur plaidoyer du Directeur du PNLS a travaillé sur le mécanisme de coordination des interventions Genre et Droits humains en se basant sur l’existant afin de résoudre la problématique de la multiplicité des cadres de concertation.

Les prochaines étapes :

  • La finalisation du plan quinquennal par le comité technique avec un chronogramme clair ;
  • La mise en place en place des mécanismes de coordination ;
  • La mise en place du comité de pilotage du plan quinquennal ;
  • L’élaboration de différents plans qui vont accompagner le plan quinquennal : plan de suivi et évaluation, plan de mobilisation des ressources, etc. ;
  • La rédaction d’une nouvelle note conceptuelle pour solliciter des ressources supplémentaires à l’appui de ce plan ;
  • La planification de la prochaine évaluation à mi-parcours du plan.